webleads-tracker

Dinard. Circuit court et développement durable au lycée hôtelier

Article réalisé par Ouest France le 20/09/2020

Le lycée Yvon-Bourges, à Dinard, adapte ses formations à la crise sanitaire . L’épidémie a aussi conforté des démarches, déjà engagées, en termes de circuits courts et de développement durable.

« L’idée d’un jardin pédagogique au lycée hôtelier a germé il y a six ou sept ans », rappelle Hervé Gillouard, adjoint au directeur, chargé des formations professionnelles et technologiques du lycée Yvon-Bourges. « Le but est de donner aux élèves la culture du circuit court, de les sensibiliser à la saisonnalité des aliments et de leur faire prendre conscience du travail des producteurs, énumère cette cheville ouvrière du projet. Pour intégrer une notion, il y a les bouquins mais rien de tel que le terrain… » Le confinement a tout de même donné un coup de pouce au jardin : des professeurs sont venus au printemps 2020 l’agrandir et l’aménager, avec le feu vert du proviseur du lycée, Romain Raoul.

Leur jardin se retrouve dans leur assiette

Bien sûr, le lycée n’est pas autosuffisant : impossible de préparer une purée pour 35 convives avec deux potimarrons. La production de légumes est cuisinée mais complétée. En revanche, les herbes aromatiques cultivées évitent le plus souvent d’en acheter. Des fleurs comestibles sont aussi prélevées pour garnir des desserts. En contrepartie, les élèves mettent la main à la pâte : en ce début d’année, ce sont les étudiants de mention complémentaire cuisine allégée qui se sont pliés au désherbage.

Sensibiliser autour du jardin

le jardin s’épanouit devant les baies vitrées de l’un des restaurants d’application où déjeunent les clients extérieurs. « Nous avons entrepris de décorer le jardin et, à terme, les convives pourront y déambuler, décrit Hervé Gillouard. Et puis, une impulsion a été donnée, pendant le confinement, autour des bonnes habitudes de consommation. C’est à nous de l’accentuer à travers nos lycéens. Former une génération de consommateurs responsables. » Qui à leur tour sensibiliseront leur entourage, leurs futurs clients.

Une jardin supplémentaire

Un second jardin va voir le jour près de la brasserie du lycée. Quant au premier, des arbres fruitiers et même une vigne – le lycée comprend une section sommellerie – y seront prochainement plantés. De 5 à 600 m² seront ainsi mobilisés pour le jardin. « Nous aimerions aussi créer une bourse d’échange de graines », ajoute Hervé Gillouard. Parallèlement, huit composteurs viennent d’être installés pour récupérer les déchets végétaux des cuisines. Le compost sera utilisé comme engrais naturel, pour les légumes du lycée.

De la viande de porc locale

En revanche, étiquette de traçabilité en main, le chef Denis Riaud, professeur de cuisine, défend : « Puisque nous voulons rendre les circuits courts naturels pour nos élèves, la viande de porc est locale. Les cochons sont élevés à 35 km d’ici. Et l’éleveur se déplace de temps en temps pour rencontrer les élèves. » Pas de cochon sur place, donc, mais des moutons qui viennent, au printemps, faire de l’écopâturage au lycée. La prochaine étape ? Peut-être des ruches, laisse entendre Hervé Gillouard. « Pour contribuer au maintien des abeilles. » Et produire son propre miel.

Article à retrouver sur Ouest France

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Qui sommes-nous ?

À notre acquis, 25 années d’expérience à vos côtés, une réelle connaissance de vos besoins, une équipe passionnée capable de porter un regard novateur sur votre communication.

Simple. Toucher un vaste public dans les meilleurs délais. Moderne. Donner envie et expliciter les débouchés novateurs. Efficace.

Vous aimerez aussi

Actualités

Les résultats du baccalauréat 2020

Site officiel du gouvernement Les résultats de la session 2020 sont consultables en ligne gratuitement à partir du mardi 7 juillet 2020. Une carte de