webleads-tracker

Loire-Atlantique. Les grandes premières de la rentrée scolaire 2020

Article réalisé par Ouest France le 02/09/2020

En cette rentrée, les enjeux sont nombreux. Outre le masque chez les élèves, au collège comme au lycée, et la désinfection à tous les niveaux, il faut recréer du lien entre les décrocheurs et l’institution scolaire, et relancer les apprentissages.

Bouguenais mardi, c’est la rentrée au collège public la Neustrie. On guide les sixièmes jusqu’aux assistants d’éducation, qui vaporisent du désinfectant sur leurs mains. Parmi ces 176 élèves (huit classes de sixième, dont une de Segpa), Yaël, 11 ans, stressé mais content de retrouver ses copains. Commentaire de sa mère, Géraldine : C’est un changement radical : classe, horaires, rythme de travail. Yaël s’inquiète un peu de porter un masque toute la journée.« 

« Au collège, des distances moins importantes avec les masques obligatoires »

Marjolaine Mauny, la nouvelle infirmière du collège, observe : Les sixièmes sont toujours anxieux de perdre leur maître ou maîtresse, de perdre des copains, leurs affaires, de se perdre. Et l’adolescence n’est pas la période la plus facile. On fait tout pour les rassurer, les accompagner ».

Tout sixième a en classe un ou deux copains de CM2. Avec ces listes d’affinités, on veille à composer des classes respectant l’équilibre filles garçons, avec des élèves moteurs, des élèves scolaires, qui ont bien suivi en primaire, d’autres moins scolaires, qui ont pu avoir des difficultés, explique le principal, Jean-Christophe Templeraud. On veut favoriser l’empathie, la coopération.

Face aux élèves et parents, le principal décrit « cette année sous le signe des masques : la priorité de la rentrée c’est qu’on soit en sécurité. Au collège, les distances sont moins importantes car les masques sont obligatoires. Les rentrées sont échelonnées et dans l’établissement on marche à droite. Il précise : Peut-être que certains ne sont pas à l’aise avec la lecture. On aménage les emplois du temps pour renforcer les apprentissages« . Règles d’or ? « Bienveillance, exigence, fermeté.« 

Le soleil brille, l’appel commence. Au sol, un grand smiley jaune, sur plusieurs mètres, dessiné au printemps et repeint vendredi, dit non à la morosité, et dans toute la cour des points espacés d’1,50 m illustrent la distanciation.

Peggy a amené son fils Robin, 11 ans. Professeure de français dans un collège voisin et compagne d’un prof d’histoire-géo, elle a aussi des enfants en seconde et CE2. Pour Robin, porter un masque ne pose pas de problème, dit-elle. Il est habitué à le mettre dans les lieux publics… J’ai tout un stock de masques en tissu mais je dois compléter, parce que je ne vois pas comment je vais pouvoir fournir.

Ce collège compte 737 inscrits contre 751 l’an dernier. Il accueille en moyenne une trentaine d’élèves de familles de voyageurs et une dizaine d’enfants roms, pas faciles à comptabiliser. Notre équipe va chercher les élèves roms dans le camp, avec les écoles de Bouguenais et l’association Solida-Roms, et ça marche, assure François Guegaden, principal adjoint.

On accueille des élèves des quartiers résidentiels, du bourg, de cités HLM, poursuit M. Guegaden. On fait vivre ensemble le petit Rom qui parle à peine français, le fils de médecin, de prof. Il faut faire en sorte qu’il n’y ait pas trop d’écart. Les enseignants doivent faire de la différenciation, on individualise et on donne du grain à moudre aux très bons élèves.

Article réalisé par Ouest France le 02/09/2020

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Qui sommes-nous ?

À notre acquis, 25 années d’expérience à vos côtés, une réelle connaissance de vos besoins, une équipe passionnée capable de porter un regard novateur sur votre communication.

Simple. Toucher un vaste public dans les meilleurs délais. Moderne. Donner envie et expliciter les débouchés novateurs. Efficace.

Vous aimerez aussi